Rangers Sécurité, prestataire de la sécurité à l’aéroport

Juniel Zéphir, le gérant, déjà connu dans le milieu de la sécurité, notamment sur le chantier d’Ariane-6, est satisfait d’avoir obtenu cette prestation : « Ce contrat est arrivé plus tôt que prévu, j’attendais que l’appel d’offre sorte pour faire acte de candidature. J’ai tout mis en place pour que les choses se passent bien.

« Toutes mes autorisations sont conformes, elles ont été vérifiées par les instances compétentes en la matière. Je rappelle que le conseil national des activités privées de la sécurité qui régit notre profession a confirmé que j’étais en règle administrativement, socialement, fiscalement et techniquement ».

Le dirigeant de la structure est décidé à relever ce nouveau challenge dans son parcours de chef d’entreprise.

Le fait que l’appel d’offre sera lancé au niveau européen ne fait pas peur au patron de Rangers : « On aura de grosses sociétés française, italienne ou encore bulgare qui vont soumissionner. Mais il y a le savoir-faire guyanais, il faut s’adapter. Je suis chez moi et je vais faire jouer ses atouts pour être un candidat crédible », souligne le dirigeant de Rangers sécurité.

Dans cette affaire, Olivier Taoumi, directeur par intérim de l’aéroport Félix-éboué a mené de main de maître le déroulement de la transition sociale des ex-salariés de la société Galéa vers Rangers sécurité.

Vendredi, 54 agents ont signé les avenants à leurs contrats de travail. Les autres, ceux qui étaient absents ou en congé ont signé, samedi, ainsi que dimanche et même lundi.

Les agents ont reçu leur nouveau badge et les nouveaux titres de circulation aéroportuaire.

Le directeur de l’aéroport a indiqué qu’au plan financier, le société Galéa est redevable à la chambre de commerce d’une somme de 403 000 euros au titre des astreintes, loyers et parkings non payés depuis avril 2018. En revanche, il a souligné que la CCIG doit 276 000 euros à la société Galéa au titre de la situation d’avril 2019 payable fin mai. « J’ai procédé par voie de compensation non sans avoir mis Galéa en demeure de payer dès le 20 mai dernier », a indiqué le directeur de l’aéroport.

Concernant la société Rangers sécurité, une somme de 280 000 euros a été versée à titre d’acompte. La société va procéder au paiement des avances sur salaires à tous les salariés.

La requête de Galéa rejetée

Il faut savoir que sur le plan judiciaire, les dirigeant de Galéa ont contesté devant le juge des référés du tribunal administratif la décision du 30 avril d’exclure leur société de la procédure de consultation en vue de l’attribution du marché rondes et patrouilles.

L’audience a eu lieu vendredi 31 mai. Par ordonnance rendue lundi, les juges ont décidé de rejeter la requête des dirigeants de la société Galéa.

Bernard DORDONNE